espace temporaire d'art contemporain

 

_________________

01.10.2011

balak #1

appartement place ducale

08000 charleville-mézières / france

julie faure-brac

maria loura estevaõ

mehryl levisse

ivan polliart

edouard sufrin

casablanca, le 25 août 2011

 

j’ai la chance d’habiter une ville qui accueille «les gens du voyage» à bras ouverts. elle les aime, leur livre ses secrets et leur ouvre ses portes. dans une ville comme la mienne, encore faut-il qu’on le désire, la rencontre de l’autre, aussi différent soit-il, est chose facile.

ma rencontre avec mehryl levisse lors de son passage à casablanca était écrite. Le bonhome ne pouvait pas mieux tomber: adopté par des artistes marocains riches de leur humanité, à l’aise dans la ville blanche comme s’il y avait toujours eu de la famille, je ne pouvais pas passer à côté de ce petit homme le jour où je l’ai croisé à l’atelier de la source du lion, espace artistique incontournable casablancais, où j’ai la chance et l’honneur d’avoir des amis.

il m’a fallu peu de temps pour succomber au personnage: passionné comme j’aime que les artistes soient et curieux juste ce qu’il faut pour ne pas se contenter de ce qu’il a pu lire et entendre sur mon pays, et par conséquent, prêt à s’y ouvrir complètement. je me souviens encore du jour où, devant son ordinateur, il fit défiler son travail, me raconta ses clichés et vidéos et m’expliqua sa démarche artistique avec une rare justesse. à partir de ce jour-là, mehryl fut des miens. mehryl levisse partagea très vite avec ses amis marocains l’une de ses nombreuses préoccupations: le nom qu’il allait donner à sa galerie et qu’il ne trouvait pas...

 

en acceptant balak, ce titre que je lui offrais et en en faisant le nom de sa galerie, mehryl levisse m’a fait un joli cadeau.

allez savoir comment ces deux syllabes ont résonné dans son esprit et celui de ses acolytes...

 

et pour ceux qui se demandent encore quelle est la signification de balak: c’est en fait, dans la langue marocaine (mélange de français, espagnol, berbère et arabe), une interjection utilisée dans la rue, par les

vendeurs ambulants pour dire «attention, j'arrive, otez-vous de mon chemin !».

 

tout à fait mehryl levisse...

 

maria daïf

 

 

 

 

 

 

exposition réalisée avec le soutien

des artistes, de la ville de charleville-mézières,

du fsdie de l’université de paris 8, de Imprimeca,

de l’institut internationale de la marionnette,

de perspective magazine et de l’efs nord de france.

/